français | Türkçe

connexion

Discours de la Présidente du jury Mme Tomris Alpay

La Présidente du jury Mme Tomris Alpay

Monsieur l’Ambassadeur,
Monsieur le Consul général,
Mesdames Bahar Aslan et Melisa Kesmez,
Chers invités,
Nous voici réunis pour notre rendez-vous traditionnel au Palais de France.
Le Prix Littéraire NDS, qui existe depuis neuf ans, constitue une véritable tradition. Cette année encore, nous nous retrouvons pour l‘édition 2016-2017. Chers amis amateurs de littérature, soyez les bienvenus ! C’est un plaisir et un honneur de vous recevoir.
Cette année, nous, membres du jury, avons eu l’occasion de vivre des moments agréables grâce aux ouvrages, à leurs univers propres qui nous ont permis des voyages extraordinaires, accompagnés de diverses émotions et sensations. Nous avons débattu différents points de vue et les étincelles ont atterri sous forme de poussière interstellaire sur deux ouvrages.
Lorsqu’il s’agit du voyage, le premier qui vient à l’esprit est souvent celui qui se fait vers les terres lointaines, l’exil. Le voyage emporte avec lui très étroitement le manque. Lorsque nous voyageons, soit nous assouvissons le manque, soit nous nous projetons dans ses bras.
Ses sensations nous rappellent les vers qui expriment le manque corrélé à la nostalgie, avec une sincérité touchant profondément nos cœurs.
« Durant tout le voyage,
La nostalgie ne m’a pas quitté.
Je ne dis pas qu’elle fut pareille à mon ombre,
Car à mes côtés même dans le noir… »
Ecrivait le grand poète Nazim Hikmet Ran.
Les nouvelles dans l’ouvrage Le journal de Moscou de Bahar Aslan qui a remporté cette année le Prix Littéraire NDS, se sont construites sur la trilogie de l’exil, du manque et de la nostalgie. Bahar Aslan nous offre, à travers les motifs abstraits, les séquences de la vie des ouvriers partis travailler — avec l’espoir/UTOPIE — à Moscou dans le bâtiment ; ainsi que le manque, la nostalgie et la solitude dans l’exil soulignés dans les vers de Nazim Hikmet. Ces éléments artistiques perceptibles dans l’ouvrage de Bahar Aslan rendent la fiction plus percutante, les émotions plus claires et vexantes, et les personnages plus vraisemblables. Les motifs et les vers reflètent dans une union parfaite la puissance de l’imagination.
Lorsque nous lisons toutes les nouvelles en les associant, nous témoignons à quel point les personnages dans cette ville froide et obscure, du vendeur de thé à l’ingénieur, vivent une transformation au travers des souffrances, de la solitude et de la nostalgie ; pour citer l’auteure, qu’ « ils perdent leur pitié et qu’ils se transforment en des animaux sous leurs carapaces ». DYSTOPIE.
Chers invités, au nom du Lycée Français Notre-Dame de Sion et des jurés du Prix Littéraire, nous tenons à féliciter en votre présence Bahar Aslan et lui souhaitons beaucoup de succès.
Dans le cadre des principes du Prix Littéraire NDS, une mention a été accordée à Melisa Kesmez pour son ouvrage intitulé Bazen Bahar (Le Printemps Parfois) qui laisse sur le visage et le cœur de son lecteur un sourire tantôt triste, tantôt joyeux, comme son titre l’indique.
Melisa Kesmez nous invite à affronter nos soucis humains que nous avons tendance à fuir et à cacher. Elle nous pousse à une réflexion sincère.
Des graines de tomates qui font germer les relations mère-fille, la couverture de grand-mère, de vieux amours… les détails profonds de l’identité féminine trouvent leur sens représentatif parfois dans un élastique à cheveux oublié au coin du lit, parfois dans le détachement des deux premiers boutons d’une blouse en même temps que les cheveux.
Le titre Le Printemps Parfois et l’image du vieux mur froid sur la couverture du livre renvoient instantanément à une philosophie de vie dont Melisa Kesmez sait très bien traiter les pôles opposés dans ses nouvelles.
Au nom du lycée NDS et des jurés, nous félicitions l’écrivain et lui souhaitons également beaucoup de succès.
Je tiens à présenter mes remerciements à Yazgülü Aldoğan, Mayda Saris, Özlem Yüzak, Liz Behmoaras, Emel Kefeli, Zeynep Sabuncu, Arzu Öztürkmen et Mine Haksal, qui depuis neuf ans, malgré leurs emplois du temps chargés et toujours avec la même discipline, consacrent beaucoup de temps aux lectures, aux appréciations et aux réunions.
Je souhaite également adresser mes remerciements les plus sincères à Lale Murtezaoğlu, la Présidente de l’Association des anciens élèves de NDS, pour son soutien.
Je vous présente mes salutations respectueuses et vous souhaite une très bonne soirée.

recherche


MOODLE TICE E-OKUL web-mail